Le temps des cerises

Publié le par Eve

Le temps des cerises

En hiver, le cerisier au fond du jardin est tout nu, déshabillé de ses feuilles. Ses grandes branches résistent au froid, se couvrent quelquefois de givre. Il semble presque mort, inerte, endormi. Et pourtant des bourgeons se préparent déjà sans qu’on les remarque. Discrètement, ils accumulent des forces pour sortir dès que le temps sera plus clément pour eux.
Et sans me prévenir, au début du mois de mars, ils pointent leur nez dans le ciel bleu, me laissant entrapercevoir un vert tendre. Et je suis toujours stupéfaite de cette renaissance.

Le temps des cerises

Les jours s’allongent, avril est doux. Le soleil nous fait croire que le printemps cède déjà la place à l’été. Pourtant le dicton devrait nous raisonner. Mais comment patienter lorsque toute la nature se pare de couleurs, que les oiseaux chantent et paradent, que les plantes poussent presque à vue d’œil !
Et un matin, il est tout blanc, comme si la neige l’avait drapé de milliers de flocons qui s’ouvrent en fleurs délicates au pistil rosé dans un écrin de feuilles. Quelle merveille…

Le temps des cerisesLe temps des cerises

Je n’oublie jamais de le complimenter pour sa beauté, je fais de même pour le pommier et le poirier. Pas de jaloux ! Et ils rivalisent de douceur en quelques semaines, fleurs blanches ou roses, à qui mieux mieux.
La chaleur et le vent se chargent en quelques jours des pétales qui tournoient dans les bourrasques et laissent place à des  boules minuscules. Les fruits se forment rapidement au bout d’une petite tige et ressemblent à des olives. Certains tentent déjà de rosir, pressés de grandir et de grossir. Vite, vite…

Le temps des cerises

Et je ne peux m’empêcher de les regarder en passant sous l’arbre, jolie promesse d’un régal à venir.
Oui, mais le joli mois de mai et en décide souvent autrement, et la pluie s’immisce sans vergogne dans mon programme. Averses, ondées, fraicheur !

Les cerises rouges sont à peine mûres mais je ne peux résister. Une après-midi enfin clémente et je craque ….et je croque dans la chair juteuse de la drupe charnue, brillante, cirée.
Des boucles vermillon sur les oreilles et une poignée de gourmandise pour le dessert…sans oublier de recracher le noyau ….

Le temps des cerises
Le temps des cerises
Le temps des cerises
Le temps des cerises
Le temps des cerises

Quelques jours encore pour que le sucre donne un goût moins acidulé, et que je commence à ramasser les grappes devenues plus foncées.

Le temps des cerises

Cette fois, elles sont presque à point ! Encore un ou deux jours, et tout sera parfait…
Des orages successifs compromettent la récolte prometteuse et l’eau balafre douloureusement les cerises. Certaines s’abîment tout de suite. Rapidement, l’on sort l’échelle et on cueille pour limiter les dégâts. Et le soir, la bonne odeur de confiture envahit la maison, un clafoutis régalera les gourmands.

Le temps des cerises

Les fruits qui restent sur l’arbre ne seront pas perdus pour tout le monde. Sous le feuillage, les insectes bourdonnent frénétiquement, petites abeilles ou gros frelon, ils se rassasient…

Avez-vous trouvé les petites (et grosses) bêtes ?
Avez-vous trouvé les petites (et grosses) bêtes ?
Avez-vous trouvé les petites (et grosses) bêtes ?
Avez-vous trouvé les petites (et grosses) bêtes ?
Avez-vous trouvé les petites (et grosses) bêtes ?

Avez-vous trouvé les petites (et grosses) bêtes ?

Le temps des cerises est déjà terminé….


 

(Paroles : Jean-Baptiste Clément en 1866 – Musique : Antoine Renard en 1868)

(Paroles : Jean-Baptiste Clément en 1866 – Musique : Antoine Renard en 1868)

Connaissez-vous quelques variétés particulières de cerises rouges, blanches ou noires ?
Certaines portent des noms originaux : Bigarreau, burlat, griotte, guigne, marasque, marmotte, montmorency, napoléon, cœur de pigeon, merise…

Pastel réalisé en stage avec Valérie Danton-Ferrari

Pastel réalisé en stage avec Valérie Danton-Ferrari

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie 28/05/2020 00:02

Mmh le plaisir bref, la période courte des cerises, il ne faut pas manquer le jour parfait... Celui où le soleil les aura fait noircir, sans que la pluie ne fasse trop de dégât... Mais quel délice, quel régal, de les cueillir et de les manger directement sur l'arbre... La nature est juste magnifique et pleine de trésors... Merci pour ce joli partage et un grand bravo pour ton splendide pastel !

yvette 23/05/2020 18:32

Tout d'abord, Eve, bravo pour le magnifique pastel !
Je me reconnais dans tes émotions devant le miracle du printemps qui nous offre de si beaux fruits !
On ne s'en lassera jamais, et cela aussi est un miracle !
AH ! les frelons !!! J'admire leur beauté mais les nouveaux frelons asiatiques (jusqu'à 7 cm et demi) qui viennent de faire leur apparition en Amérique et ne tarderont pas à traverser l'Atlantique, s'attaquent aux ruches entières et ne laissent aucune chance aux abeilles !!!