La rentrée d'Anatole

Publié le par Eve

La rentrée d'Anatole

Le printemps et l’été ont filé sans prendre une seconde de répit. Semaine après semaine, jour après jour, soleil après lune, les vacances se sont enfuies, balayant d’un souffle les heures étirées à ne rien faire.
Il y a un an, Anatole avait préparé ses affaires de classe avec empressement. Ses copains l’attendaient dans la cour pour le plaisir de retrouver leurs jeux, leurs discussions. Lina, la directrice de la petite école du village, l’avait accueilli pour cette dernière année.

En janvier, avec ses amis et leurs mamans, il avait visité le collège, là-bas, dans la grande ville. On leur avait montré tous les étages, et même le self, le gymnase et la gare des cars. Bien sûr, il  avait de quoi être impressionné, mais septembre semblait si lointain, une éternité.
Le printemps avait été particulier, presque des grandes vacances avant l’heure d’été ! Des mois à la maison, tranquillement à jouer ou lire.
D’un coup, tout s’accélère. Ses parents reçoivent un mystérieux courrier, rempli de recommandations, d’ordres, d’explications. Sa maman est toute agitée.
« Ça y est, le collège ouvre la semaine prochaine comme prévu. C’est chouette, tu vas pouvoir faire ta rentrée. »
Anatole se sent défaillir. La rentrée, mais quel vilain mot. Et soudain, comme des souvenirs enfouis, lui reviennent des images de cet immense bâtiment sombre qui était certainement hanté par des fantômes d’élèves perdus dans les couloirs interminables.

La rentrée d'AnatoleLa rentrée d'Anatole

 Il réfléchit un long moment.
« Maman, j’ai décidé de ne pas y aller. »

Sa maman, déjà en train de trier ses vêtements, ouvre des yeux effarés.
« Comment ? »
« Non, je ne veux pas aller en 6e. Je peux rester encore dans l’école avec Lina. »
« Mais voyons, c’est impossible. Tu es trop grand et tu dois aller au collège. Et pourquoi changes-tu d’avis maintenant. Tu as peur ? »
« D’abord, on ne m’a pas demandé mon avis, sinon j’aurai dit non ! »
Cette logique déstabilise un peu la maman qui s’assoit sur le lit. Anatole poursuit.
« Premièrement, il est moche ce collège. Il ne me plait pas. Et il va falloir que je fasse des kilomètres tous les jours avec une tonne de livres et de cahiers. Et j’ai vu un prof dans son bureau, ça fait flipper d’être en classe avec lui.

La rentrée d'AnatoleLa rentrée d'Anatole

En plus, tous ces trucs à apprendre qui ne servent à rien qu’à m’embrouiller le cerveau. Non, non c’est décidé, je reste ici ! »

La rentrée d'AnatoleLa rentrée d'Anatole

Cette fois, la maman ne sait plus quoi faire. Elle lui explique gentiment qu’il n’a pas le choix, qu’il va s’y habituer, que tout va bien se passer, que les profs sont gentils, qu’il va être passionné avec tout ce qu’il va apprendre. ..
Rien n’y fait. Anatole préfère observer les fourmis et les oiseaux du jardin, écouter le vent dans les arbres, regarder tomber les gouttes de pluie dans la mare, accompagner les papillons dans leur vol léger … 

La rentrée d'Anatole

Le soir, pendant le repas, son papa intervient lui aussi.
« Anatole, tu dois aller en cours demain. Cela te permettra d’avoir un métier intéressant lorsque tu seras adulte. »

« Mais je ne veux pas devenir grand ! Tu es parti tous les jours, et le soir tu te plains de ton travail ! »
Son grand frère, Isidore, se mêle de la conversation.
« Mais tu es bof, c’est super d’aller au collège. Moi j’y retournerai bien si j’avais ton âge. »
Isidore le prend de haut, lui il entre au lycée, alors la 6e c’est vraiment pour les mômes. Il en rajoute un peu.  Même ses parents sont surpris, ils ne le savaient pas si empressé pour les études ! …

La rentrée d'Anatole

Mais Anatole campe sur ses positions, il n’en démord pas.
La maman demande alors de l’aide à Théophile qui fera lui aussi son entrée au collège. Gentiment, il accepte de discuter au téléphone. Anatole s’enferme dans sa chambre et la conversation dure plus d’une heure entre les deux garçons, ponctué de rires et d’exclamations. Que se sont-ils dit ? Rien ne filtre, c’est un secret…

Anatole revient vers ses parents assis dans le canapé et faisant semblant de lire. Ils sont très inquiets.
« J’irai au collège demain, mais c’est vraiment pour vous faire plaisir car je n’ai pas l’intention d’apprendre mes leçons. Je serai juste poli et j’attendrai l’heure de la sortie. »
Il tourne les talons et se prépare pour se coucher.
Isidore qui a assisté à la scène lève les yeux au ciel. Il en fait des histoires ce gamin, comme si lui il avait peur des profs !
C’est le grand jour. Maman emmène ses garçons en voiture. Lorsque Anatole arrive vers la grille du collège il aperçoit Théophile et Pénélope qui accourent vers lui.
« Allez viens Anatole, on t’attendait, tous les copains sont là déjà ! »

La rentrée d'Anatole

« Ah mais vous êtes trop drôles avec vos masques ! »
Avant de se laisser entraîner, il se retourne vers sa maman

« Ce  n’est pas la peine que tu viennes dans la cour, hein ! »
Puis il regarde son frère, tout pâle, qui semble terrorisé
« Mais voyons Isidore, tu ne vas pas en faire une histoire. C’est trop sympa de rentrer au lycée, tu n’as pas peur quand même ! »
Et il lui tire la langue, bien caché derrière son joli masque bleu !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie 05/09/2020 23:37

Héhé, la rentrée est une étape importante pour chacun... Peu importe l'âge je crois, il faut trouver le courage de reprendre un rythme et parfois de sauter dans l'inconnu... Une douce et jolie histoire de saison, merci à toi ..