Le marronnier de Pénélope

Publié le par Eve

Le marronnier de Pénélope

« Au secours !!!!.... »  Au bout du fil, Pénélope est catastrophée. Les vacances commencent, elle compte bien en profiter pour réaliser des articles extraordinaires. Alors que se passe-t-il de si dramatique ?
« J’ai un devoir impossible à faire. Alors je compte sur toi pour m’aider. En fait ce sera plus facile si je viens m’installer deux ou trois jours, le temps qu’on avance. »

« Ahhhh ? »
«  Super, je savais que tu serais ok ! Bon, j’arrive demain après-midi, t’es vraiment trop sympa. Surtout, ne te dérange pas pour moi, j’amène toutes mes affaires, pas de chichi entre nous !»
Et clac, elle a déjà raccroché…
Et la voilà débarquée avec sa valise, son appareil photo, son grand sac de travail, et une glacière remplie de victuailles au cas où !
Pas de temps à perdre, elle sort derechef son ordinateur.
« Lis-moi ça ! C’est ce que je dois rédiger, et le thème ne me dit rien ! Un marronnier…. Et c’est tout ce qu’on nous met. Tu te rends compte, le prof nous prend pour des botanistes. Moi, je ne sais même pas si j’en ai déjà vu de ces arbres. Alors décrire leur vie, à part pour manger des marrons glacés !»
Cette fois, je me sens très amusée et d’humeur taquine, car moi, le thème m’inspire bien.
« Je crois au contraire que nous allons pouvoir vraiment trouver de quoi photographier  et écrire. »
Elle me regarde, très dubitative.
« Sérieux ? Oui c’est vrai que toi tu aimes les plantes. »
« Je te suggère de regarder d’abord sur ton dictionnaire pour savoir ce que c’est qu’un marronnier. »
Elle écarquille les yeux, plisse le front, semble consternée.
« Ben tu veux que cela soit quoi, à part un gros arbre ? »
Mais,  ne voulant pas me faire de peine, elle tapote sur son clavier, et s’exclame triomphante :
« Voilà, le marronnier c’est une variété de châtaignier qui donne le marron, très répandu en Europe et en Amérique du Nord, notamment pour apporter de la verdure dans les espaces publics. »
« Est-ce tout ? N’y a-t-il pas une suite ? »
Pénélope plonge à nouveau le nez au niveau de son écran, continue à lire, et elle est si stupéfaite qu’elle s’assoit et reste silencieuse.
« Mince alors, c’est aussi un terme de journalisme qui désigne un article récurrent, à la même date. Un sujet bateau en fait. Mais toi tu savais ? »
« Je lis beaucoup, et c’est connu… Maintenant, il suffit de trouver le sujet de l’article. Ce serait parfait par exemple de traiter les prémices du printemps, en février,  au jardin. »
« Mais qu’est-ce que tu veux que je trouve ? Tout est mort en hiver, il n’y a rien à voir ? »
« Oh non, au contraire. Une journaliste doit prendre tout son temps, savoir patienter,  afin de remarquer tous les petits détails. »
« Donc, je vais faire un tour et  j’essaie de trouver des trucs hein ? »
Et elle m’adresse une grimace expressive. Mais malgré ses doutes, la voilà partie pour un safari sur la pelouse. J’en profite pour souffler un peu. Pourtant, deux heures passent  et je m’inquiète. Qu’est-elle donc devenue ?  Pourvu qu’il ne lui soit rien arrivé de grave.
Je sors et marche vivement vers le potager, sans âme qui vive. Je contourne le pommier, et je manque de la piétiner. Elle est à plat ventre, l’œil rivé sur le viseur de son appareil.
« Oh, les jolies fleurs blanches avec des clochettes. Tu as vu, il y en a un tapis. Et là, d’autres jaunes avec des tiges hautes, et encore des blanches et vertes. »

Le marronnier de Pénélope
Le marronnier de Pénélope
Le marronnier de Pénélope
Le marronnier de Pénélope
Le marronnier de Pénélope

Enthousiaste, elle me cite encore des branches qui bourgeonnent, des petits fruits roses ou rouges. C’est sûr qu’il va lui falloir apprendre quelques notions élémentaires sur la nature…

Le marronnier de Pénélope
Le marronnier de Pénélope
Le marronnier de Pénélope
Le marronnier de Pénélope
Le marronnier de Pénélope
Le marronnier de Pénélope

Je crains qu’elle ne soit frigorifiée, mais plus rien de l’arrête.
« Attends, j’ai vu des oiseaux, je vais me planquer pour leur tirer le portrait. J’en ai vu un presque jaune, et un trop chou avec une collerette rouge qui mange toutes les graines et bouscule ses copains…»

Le marronnier de Pénélope
Le marronnier de Pénélope
Le marronnier de Pénélope

« Promis, ensuite je rentre pour boire un thé avec toi et manger des petits gâteaux. »
Il se passe encore un moment avant que je n’entende la porte claquer avec force.

Toute excitée, les joues rosies par la fraicheur, Pénélope brandit son appareil.
« Ouah, si tu savais ce que j’ai vu, un scoop extraordinaire ! Le top !  Hop, hop, hop, super Pénélope! Vois, vois sur la photo ! »

Le marronnier de Pénélope

J’ai beau regarder, fixer le paysage, je ne remarque rien de particulier à part de l’herbe… Devant ma mine songeuse, Pénélope examine le cliché à son tour, et se décompose.
« Ohhhh non, je l’ai raté, il a traversé si vite. Pourtant j’ai de suite appuyé sur le bouton ! »

« Mais qui ? »
« L’écureuil. Tout roux, il était si mignonnnnn. Tu l’as déjà vu toi ? »
« Oui, il y en a également un autre plus foncé, avec la queue presque noire. »
Cela ne la console pas.
« Mais comment je vais faire moi, si j’ai pas la photo ? »
« Nous avons beaucoup d’amis photographes chez PPP, et je suis sûre de trouver celle qui va convenir. »

Le marronnier de Pénélope

Assises, tranquillement (oui, oui, je vous assure, elle est épuisée et calme), nous dégustons un goûter bien mérité.
Il lui reste maintenant à mettre des mots, commenter, raconter, décrire…. Bref à créer son article. Mais pour ce qui est de l’imagination, je lui fais confiance.

Le marronnier de Pénélope

Pour en savoir plus
Un marronnier en journalisme est un article ou un reportage d'information de faible importance meublant une période creuse, consacré à un événement récurrent et prévisible. Les sujets « débattus » dans un marronnier sont souvent simplistes, parfois mièvres

Parmi les marronniers les plus célèbres, on peut citer les articles concernant les soldes, le marché de l'immobilier, les départs en vacances, la rentrée scolaire, les fêtes de fin d’année, la météo ou encore les embouteillages.
On peut également citer les « serpents de mer », sujets non saisonniers — sur des thèmes sociétaux, historiques (au gré des innombrables commémorations possibles), scientifiques, etc., quand ce n'est pas purement anecdotique — et néanmoins régulièrement traités. La récurrence du thème de la franc-maçonnerie dans la presse hebdomadaire est à cet égard un véritable cas d'école.

Origine de l'expression
Tous les ans, aux premiers jours du printemps, un marronnier à fleurs rouges fleurissait sur la tombe des Gardes suisses tués lors de la journée du 10 août 1792, dans les jardins des Tuileries à Paris ; et tous les ans un article paraissait dans la presse pour s'en faire l'écho.

Stratégie éditoriale
Le marronnier permet de rester proche des lecteurs et d'en attirer sans cesse de nouveaux, en traitant des sujets qui rythment leur quotidien. L'évocation de moments et de sentiments partagés par un large public permet de renforcer le lien avec celui-ci sans risque de choquer.

(Wikipédia)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Christine Falk 26/02/2021 22:20

???? Charmante balade

Marie 06/02/2021 11:49

Tu as vraiment un don pour faire vivre les personnages, j'imagine la scène, les expressions, les pensées, j'adore, merci pour ce bon moment qui m'a fait bien rire mais qui m'a également appris des choses puisque je ne connaissais pas le terme de marronnier dans le journalisme alors merci Pénélope :) Et merci pour nous faire prendre le temps d'observer, la nature commence doucement à se réveiller, quel bonheur...